#biennaledesign17

9 mars 2017 – Saint-Etienne s’éveille. C’est le premier jour de la biennale internationale du design. Saint-Etienne s’illumine. Dans l’enceinte de la manufacture des sculptures colorées sont posées comme d’étranges ovnis. Saint-Etienne grouille. Des cars entiers de visiteurs débarquent dans la ville. Saint-Etienne babille. On entend parler toutes les langues à chaque coin de rue dans le quartier de la cité du design… Saint-Etienne devient VIVANTE, festive, internationale !

20170308_180417Biennale design 2017 sur le thème « working promesse – les mutations du travail »

Pour la stéphanoise d’adoption que je suis, qui a toujours eu un peu de mal à trouver son bonheur dans les rues discrètes de cette ville, la Biennale Internationale du Design est THE événement qui me fait « me sentir bien ici ». « The place to be » lit-on sur les affiches de promotion de la biennale. C’est exactement ça. Si je passe mon temps depuis des années à rêvasser au jour où je retrouverai ma méditerranée, une fois tous les deux ans, mon cœur bat au rythme de la biennale. Et je ne veux être nulle part ailleurs. Je n’en ai raté aucune depuis que j’habite ici. Les premières étaient artisanales, organisées par les étudiants de l’école de design au Parc des Expositions. Et déjà je sentais combien cet événement était particulier, spécial, unique.

Depuis, la petite Biennale a bien grandi. J’ai grandi avec elle. Quand je me promène au gré des expositions, je m’imprègne, je m’inspire, je me nourris. Je respire. Expositions de prospective, créations farfelues parfois à la limite de l’art contemporain, objets curieux, beaux, amusants… Vidéos intrigantes.

On aime, ou pas. Mais on ne peut pas rester totalement indifférent.

Gare Chateaucreux
Welcome à Saint-Etienne – le W de « working promesse » vous accueille en gare de Chateaucreux.

Biennale Design 2017, du 9 mars au 9 avril.
Consultez le programme ici 

 

 

Publicités