Overdose numérique

Innovation, smart city, intelligence artificielle, transformation numérique, révolution digitale, open-innovation, e-ceci, e-cela… Cela ne vous aura pas échappé, au-delà de notre réalité toujours plus connectée, de notre quotidien de plus en plus numérisé, les villes, les médias, les entreprises, les start-up, les institutions… Tout le monde ne parle plus que de cela. Tout le monde veut prendre position dans le brouhaha économico-médiatique et faire valoir sa prétendue expertise pour obtenir sa part du gâteau.

En parallèle, face à cette pression numérique constante et croissante, de nouveaux mouvements émergent pour prôner le droit à la déconnexion, cures de « digital detox », slow web et même plus largement le mouvement slow life… Une prise de conscience est en train de se répandre lentement, avec en plein dans l’actualité du moment la loi RGPD. Reprendre le contrôle sur notre vie numérique, sur nos données personnelles, reprendre le contrôle sur notre vie tout court…

Des tonnes de magazines* sur la méditation, la douceur de vivre, le bonheur, ont vu le jour, témoignant de ce besoin de se reconnecter… à soi. Tout simplement.

Sommes-nous en train de nous perdre ?

Trouver le juste équilibre entre hyperconnexion et déconnexion totale, innovation et fracture numérique… tel est l’enjeu des années à venir. Ne pas se laisser submerger par la vague numérique, apprendre à surfer dessus mais à la contrôler, choisir comment nous avons envie d’interagir avec le monde qui nous entoure et arrêter de subir la technologie. En être les maîtres et non plus les esclaves. Un long chemin nous reste à parcourir pour trouver l’équilibre qui nous permettra de remettre les choses à leur juste place et surtout, trouver la nôtre.

Villes, Elus, chefs d’entreprise, parents… nous avons tous un rôle à jouer. Dès maintenant.

Pour lutter à notre échelle, au quotidien, voici 5 actions toutes simples que j’essaie de mettre en pratique le plus souvent possible et que j’ai envie de partager avec vous :

1- Connectez-vous… à l’autre
Dans le train, le métro, la rue, le resto : levez les yeux connectez-vous à l’autre par un regard au lieu de marcher tête baissée, les yeux rivés sur votre smartphone. Echanger un regard, un sourire, un mot… c’est une belle façon de s’ancrer dans la réalité pour vivre le moment présent avec plus d’intensité.

2- Faites une pause « sans écran » dans votre journée
Le soir, passé 18 ou 19h, déposez votre téléphone et ne le touchez plus jusqu’au lendemain matin. Préférez prendre le temps de vous occuper de vos enfants en leur lisant un bon vieux livre, vous occuper de vous en prenant un bon bain bien chaud, vous occuper de votre moitié en cuisinant ensemble, discuter et tout ce que vous voudrez bien partager. Sans écran.

3- Modérez votre addiction aux réseaux sociaux
Désactivez un maximum de vos notifications. Choisissez plutôt les moments où vous aurez envie de consulter vos comptes sur les réseaux sociaux en acceptant de laisser passer tout un tas d’informations qui, vous le verrez, ne manqueront pas à votre vie de tous les jours.

4- Faites du sport… uniquement pour vous
Si vous faites du sport, laissez tomber les applications qui mesurent tout et n’importe quoi et cessez de partager vos performances avec la terre entière. Faites du sport. Pour vous. Point.

5- Pratiquez le sevrage temporaire
En vacances, prenez quelques jours pour vous mettre en Off total. Pas de smartphone, pas de tablette, pas de télé. Bref, pas d’écran. 1 jour. 2 jours. 3 jours ou plus, en fonction de votre capacité ou envie de sevrage.

*Pour terminer, voici quelques magazines « bien-être » à emporter avec soi pour des soirées ou des vacances tranquilles et s’inspirer :

Flow : http://www.flowmagazine.fr/
Happinez : https://www.happinez.fr/
Respire : https://www.respiremagazine.fr/
In the moment : https://www.inthemoment.fr/
Calme : https://www.facebook.com/calmemagazine/
Simple things : http://www.simple-things.fr/

Publicités

L’hiver en été… ou presque

Je suis cette fille optimiste qui a enlevé ses pneus neige début mai, pour mettre ses pneus été et qui se retrouve quelque jours plus tard avec de la neige fondue sur le pare-brise.

Je suis cette fille prévoyante qui a acheté un joli pull « Salsa » en promo au mois d’avril en espérant pouvoir le porter dès l’automne et qui a le plaisir de pouvoir le mettre dès maintenant sous sa doudoune. « En mai, fais ce qu’il te plaît » qu’ils disaient.

Je suis cette fille de l’été, méditerranéenne dans les veines, qui a concocté pour ses enfants ce week-end un bon chocolat chaud maison, dégusté sous un plaid, en regardant la pluie tomber.

Je suis cette fille rose poudré qui a en ce moment des envies de bleu givré

collage Bleu givré

Printemps 2018

L’été sera POP !

Pantone l’a annoncé en début d’année : l’ultra-violet sera la couleur de l’année 2018. Une couleur symbole de la spiritualité, de la féminité, de la douceur, de la méditation… Ce qui fait assez naturellement écho à cette citation de Malraux (ou pas) « Le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas ».

Pourtant, ce sont de toutes autres couleurs que j’ai aperçu aujourd’hui en flânant quelques minutes devant les vitrines des magasins. Des couleurs pop, vives, gaies, joyeuses. Du jaune vif, du fushia, du vert, du bleu klein… Un véritable arc-en-ciel dans les tenues de printemps. Un esprit manga, débordant d’assemblages parfois à la limite de l’overdose chromatique.

Des  couleurs, des couleurs mais aussi de l’imprimé – de la classique rayure à la coccinelle en passant par les cactus… voire un mélange de tout cela – et côté accessoires, au-delà du béret qui a déjà fait son come-back dans nos placards cet hiver, des foulards, des foulards, des foulards… Carré de soie de préférence, noué autour du cou.

Alors si vous aussi vous avez un coup de mou face à cet hiver qui s’étire, que vous en avez assez de la grisaille du ciel, faites comme moi : un peu de lèche vitrines. Et promis, toutes ces couleurs à la limite de l’importable quand elles doivent être mixées ensemble,  vous (re)donneront le sourire.

pixlr_20180220203440908pixlr_20180220203102523pixlr_20180220203643741pixlr_20180220203908163

Quelques articles pour aller plus loin :

Le moral des français est en hausse

Ultra-Violet, la couleur Pantone de l’année 2018

Et en 2019 ? Peclers dévoile les archéstyles de l’automne-hiver 2018 / 2019

2018 in the mood

2018 démarre et je m’interroge… Aurais-je le temps de bloguer encore ici alors même que j’ai déserté ces pages depuis plusieurs mois ? Ecrire est un plaisir et je le fais de manière fluide et spontanée quand il s’agit de partager une humeur, une idée, une tranche de vie. Mais jusqu’à présent j’ai plutôt essayé de produire des textes plus réfléchis, qui sont la synthèse et l’interprétation d’informations glanées ça et là,  qui puissent être utiles ou inspirants. Mais le fait est que c’est un vrai travail pour lequel je dispose de moins en moins de temps. Dois-je pour autant m’arrêter d’écrire ? Je ne crois pas. Ecrire est un plaisir et j’ai envie de continuer à partager ce plaisir avec vous. Mais je le ferai sans doute de manière moins construite et plus spontanée. Plus à la sauce « Caroline ».

Je crois qu’il ne faut jamais s’arrêter de laisser son intuition et son radar parler. Je crois qu’il faut parfois juste que je me pose, comme je le fais là, maintenant. Que je parte sur un mot, une couleur, une tendance et que je laisse les mots venir et glisser sur le clavier. Cela sera parfois sans intérêt peut-être… Ou cela deviendra peut-être une nouvelle façon pour moi de partager ce que je vois, ce que je ressens et ce que j’imagine avec vous.

Sur ce, il est encore temps pour moi de vous souhaiter à tous une formidable année 2018.

Que l’intuition nous guide vers de merveilleux projets.

A quand la rentrée 2.0 ?

Billet d’humeur

Avec le numérique, le champ des possibles s’est étendu. Tout est touché. Tout change. Qu’il s’agisse des métiers, des outils de production, de l’économie, de la construction mais aussi bien évidemment des relations humaines, du divertissement, de la médecine, de la gestion de nos villes… tout, tout TOUT est absolument chamboulé, transformé, amélioré ou détérioré selon les points de vus et selon les sujets. Tout évolue à vitesse grand V au point qu’on a parfois du mal à suivre. Qu’on en soit heureux ou qu’on le regrette, on ne peut pas nier cette déferlante qui transpire dans tous les domaines de notre vie sur cette terre.

Partout on entend parler de transition numérique, de transformation digitale, des innovations que le numérique permet de faire émerger. Il est pourtant un domaine où j’ai la sensation que la révolution numérique peine à déferler… Je veux parler de l’éducation nationale. Je ne parle pas du tout des plans numériques et des problématiques  budgétaires d’équipement. Je parlerai plus volontiers de l’enseignement en lui-même, de la façon de transmettre les savoirs, des méthodes pour favoriser l’apprentissage, la mémorisation, mais aussi la collaboration. Au lieu de cela on reste dans un système figé, basé sur la concurrence, où tous les enfants, pourtant tous si différents les uns des autres, et également bien différents de ce que nous pouvions être à leurs âges, doivent se fondre dans un moule qui produit des élèves en décalage total avec ce que sera leur vie demain dans le monde du travail et même avec ce qu’est déjà leur vie aujourd’hui dans leur quotidien.

Quelques enseignants prennent parfois des initiatives. Il serait bon qu’elles soient plus partagées, testées, dupliquées… Il serait temps que notre système éducatif sorte de sa léthargie et commence enfin à évoluer. Si ce n’est pas le gouvernement qui en prend l’initiative, ni les enseignants trop confortablement installés dans leurs habitudes ou trop écrasés par un système qui appartient à la famille des mammouths, alors qui ?

Peut-être est-ce à nous, parents, de faire entendre la voix de nos enfants ?

Bonne rentrée à tous,
Bon courage à tous les élèves
Et bon courage à tous les enseignants qui prennent à cœur d’adapter  leur métier à notre monde qui change…

Quelques liens :
Révolution numérique : pourquoi il faut changer l’école
Trailer du film « une idée folle »

 

 

Indolence

Voici venu le temps de la déconnexion, du farniente, de l’oubli de soi dans les plaisirs retrouvés de l’été, de la reconnexion à soi-même. Voici venu le temps de l’oisiveté, de la paresse et des apéros, des retrouvailles entre amis, du tricotage de souvenirs en famille et du temps pour lire, pour se poser, pour se bouger, pour réfléchir, pour rêvasser…

Voici venu le temps d’imaginer, de construire un nouveau soi pour la rentrée, ni tout à fait différent, ni tout à fait le même. Un soi en mieux, plus proche de ses aspirations.

Voici venu le temps du bleu du ciel, du turquoise des piscines, de l’azur méditerranéen, du jaune soleil et du pastis dans les verres qui tintent. Voici venu le temps des vacances. Profitez en bien. Pour moi, c’est déjà terminé… et après quelques mois de silence par ici, je vais enfin reprendre du service !

Je commence en douceur avec une sélection d’articles à lire pour vous insuffler un peu d’inspiration cet été :

Webdesign : les couleurs du web en vogue

Culture com’ : d’où vient le Ô de Lancôme ?

A Londres, la « rue du futur » produit de l’électricité au simple passage des piétons

Les 5 technologies clés d’une ville intelligente

Amusing street art by Tom Bob

Une nouvelle directrice pour la cité du design de Saint-Etienne (elle s’appelle Caroline. Ca doit être une fille bien 😉 )

Bonne lecture et bel été à tous !

#biennaledesign17

9 mars 2017 – Saint-Etienne s’éveille. C’est le premier jour de la biennale internationale du design. Saint-Etienne s’illumine. Dans l’enceinte de la manufacture des sculptures colorées sont posées comme d’étranges ovnis. Saint-Etienne grouille. Des cars entiers de visiteurs débarquent dans la ville. Saint-Etienne babille. On entend parler toutes les langues à chaque coin de rue dans le quartier de la cité du design… Saint-Etienne devient VIVANTE, festive, internationale !

20170308_180417Biennale design 2017 sur le thème « working promesse – les mutations du travail »

Pour la stéphanoise d’adoption que je suis, qui a toujours eu un peu de mal à trouver son bonheur dans les rues discrètes de cette ville, la Biennale Internationale du Design est THE événement qui me fait « me sentir bien ici ». « The place to be » lit-on sur les affiches de promotion de la biennale. C’est exactement ça. Si je passe mon temps depuis des années à rêvasser au jour où je retrouverai ma méditerranée, une fois tous les deux ans, mon cœur bat au rythme de la biennale. Et je ne veux être nulle part ailleurs. Je n’en ai raté aucune depuis que j’habite ici. Les premières étaient artisanales, organisées par les étudiants de l’école de design au Parc des Expositions. Et déjà je sentais combien cet événement était particulier, spécial, unique.

Depuis, la petite Biennale a bien grandi. J’ai grandi avec elle. Quand je me promène au gré des expositions, je m’imprègne, je m’inspire, je me nourris. Je respire. Expositions de prospective, créations farfelues parfois à la limite de l’art contemporain, objets curieux, beaux, amusants… Vidéos intrigantes.

On aime, ou pas. Mais on ne peut pas rester totalement indifférent.

Gare Chateaucreux
Welcome à Saint-Etienne – le W de « working promesse » vous accueille en gare de Chateaucreux.

Biennale Design 2017, du 9 mars au 9 avril.
Consultez le programme ici 

 

 

Les pieds dans le ciel

Dans un demi-sommeil j’ai rêvé il y a quelques semaines d’une paire d’escarpins bleu cyan à l’imprimé nuages. De beaux escarpins au talon fin, à la cambrure magique pour allonger la silhouette.

Dans ma tête, des images de tableaux de Magritte ont fait leur apparition. Les nuages ont défilé et se sont déposés sur le cuir. J’ai vu du bleu, du bleu, du bleu et une touche de blanc comme un nuage de lait.

Des chaussures pour toutes celles qui en ont marre d’avoir les pieds sur terre.
Comme une ode au droit de rêver.

Je les ai vu ces chaussures, comme un flash. Je voulais faire un croquis et puis les jours sont passés et plutôt que de faire un dessin malhabile qui n’aurait pas été fidèle à l’image que je me suis faite de ces chaussures, j’ai finalement fait un tableau d’inspiration.

J’espère que ces quelques images vous aideront à les voir, comme je les ai vu.

inspiration-magritte

 

2017, une année green ?

Parce que la couleur donne le ton d’une année et que nous allons la voir partout – en mode, décoration, webdesign… –  penchons-nous sur la  couleur élue par Pantone comme « couleur de l’année 2017 ». Baptisée « Greenery », il s’agit d’un vert frais, végétal, qui évoque le printemps. 2017 marquerait-elle donc le grand retour de la « nature » et par extension du « naturel » dans nos vies ?

greenery-pantone-hed-2016

Ce sera sans doute le cas dans nos assiettes. Après l’avènement des fruits et légumes moches depuis deux ans environ, c’est au tour des produits bien-être, voire médicaments comme le Curcuma – épice phare de l’année – ou encore l’eau probiotique d’entrer en scène dans nos cuisines.

Plus localement, à Saint-Etienne, l’événement 2017, ce sera «la biennale internationale du design ». Du 9 mars au 9 avril le thème « Working promesse » ou la révolution du monde du travail sera décortiqué sous tous les angles. Le rapport avec la nature ? Réponse de la cité du Design : « L’analyse du travail est le terrain propice à la ré-interrogation impérative du rapport de l’homme à la nature, et à la production des objets – outils, dispositifs – dont le design s’empare avec une grande inventivité, tout en se redéfinissant ».

En attendant – avec la plus grande impatience – cet événement dont je ne manquerai pas de relayer ici quelques enseignements ou images inspirantes, je vous souhaite à tous (il est encore temps) une belle et naturelle année 2017 !

Sources
https://www.tollens.com/particuliers/conseils-et-couleurs/nuancier-couleurs/couleur-de-l-annee-pantone-2017

http://www.lalibre.be/lifestyle/food/voici-les-10-tendances-food-pour-2017-583d6ea0cd703561307856f8

Joyeux technoël 2016 !

Submergée par une grosse vague de projets professionnels, j’ai dû mettre temporairement moodinthemoon en mode « sommeil » ces dernières semaines. Mais promis, je n’ai pas hiberné pour autant ! Entre un gros événementiel pour 250 personnes à organiser et des cours à donner à l’université, je n’ai pas eu une minute à vous consacrer…

Pour mon retour dans la blogosphère, je ne vous ferai pas l’affront de vous lister des idées cadeaux, encore moins des idées de cadeaux technologiques. D’autres l’ont certainement déjà fait et vous avez probablement déjà bouclé vos petites affaires à cette date.

Par contre, j’ai simplement envie de faire le pari avec vous, qu’après le succès il y a quelques années des cadres photos numériques, puis de la  grosse vague des tablettes, Noël 2016 sera sans doute l’année des montres et bracelets connectés ! Non ? Qu’en pensez-vous ?

Et vous ? Vous mettrez quoi en priorité sous votre sapin cette année ?

Avant de vous retrouver début janvier, en cette période de fêtes de Noël, je partage avec vous un dernier moodboard 2016 festif et hivernal.

Je vous souhaite à tous, d’excellentes fêtes de fin d’année ! A l’année prochaine 🙂

moodboard-noel-2016