A quand la rentrée 2.0 ?

Billet d’humeur

Avec le numérique, le champ des possibles s’est étendu. Tout est touché. Tout change. Qu’il s’agisse des métiers, des outils de production, de l’économie, de la construction mais aussi bien évidemment des relations humaines, du divertissement, de la médecine, de la gestion de nos villes… tout, tout TOUT est absolument chamboulé, transformé, amélioré ou détérioré selon les points de vus et selon les sujets. Tout évolue à vitesse grand V au point qu’on a parfois du mal à suivre. Qu’on en soit heureux ou qu’on le regrette, on ne peut pas nier cette déferlante qui transpire dans tous les domaines de notre vie sur cette terre.

Partout on entend parler de transition numérique, de transformation digitale, des innovations que le numérique permet de faire émerger. Il est pourtant un domaine où j’ai la sensation que la révolution numérique peine à déferler… Je veux parler de l’éducation nationale. Je ne parle pas du tout des plans numériques et des problématiques  budgétaires d’équipement. Je parlerai plus volontiers de l’enseignement en lui-même, de la façon de transmettre les savoirs, des méthodes pour favoriser l’apprentissage, la mémorisation, mais aussi la collaboration. Au lieu de cela on reste dans un système figé, basé sur la concurrence, où tous les enfants, pourtant tous si différents les uns des autres, et également bien différents de ce que nous pouvions être à leurs âges, doivent se fondre dans un moule qui produit des élèves en décalage total avec ce que sera leur vie demain dans le monde du travail et même avec ce qu’est déjà leur vie aujourd’hui dans leur quotidien.

Quelques enseignants prennent parfois des initiatives. Il serait bon qu’elles soient plus partagées, testées, dupliquées… Il serait temps que notre système éducatif sorte de sa léthargie et commence enfin à évoluer. Si ce n’est pas le gouvernement qui en prend l’initiative, ni les enseignants trop confortablement installés dans leurs habitudes ou trop écrasés par un système qui appartient à la famille des mammouths, alors qui ?

Peut-être est-ce à nous, parents, de faire entendre la voix de nos enfants ?

Bonne rentrée à tous,
Bon courage à tous les élèves
Et bon courage à tous les enseignants qui prennent à cœur d’adapter  leur métier à notre monde qui change…

Quelques liens :
Révolution numérique : pourquoi il faut changer l’école
Trailer du film « une idée folle »

 

 

Publicités

Jawbone Up : un gars, une fille connectés

Je suis une fille pleine de contradictions. Dans tous les domaines. Et dans mes centres d’intérêts, aussi. Alors que je m’intéresse beaucoup au numérique, à la révolution digitale qui submerge tous les domaines de notre vie, à la prospective… je ne suis pas geek pour un octet.

Alors, lorsqu’un collègue de bureau m’a proposé de me revendre son bracelet connecté trop petit pour son poignet, j’ai saisi l’occasion de tester mon premier wearable.

Il s’agit du bracelet « Jawbone Up 24 », dont le look plutôt discret a fini de me convaincre que je pourrai le porter au poignet sans me sentir déguisée. Connecté à une application sur votre téléphone mobile, ce bracelet vous permet de mesurer votre activité quotidienne (nombre de pas), d’analyser vos cycles de sommeil, et d’enregistrer dans l’application mobile tout ce que vous ingurgitez pour calculer instantanément les calories consommées.

J’avais 4 kg en trop. Alors je me suis dit « pourquoi pas ». Force est de constater que le suivi quotidien proposé par le bracelet apporte une réelle motivation. En un mois et demi, j’ai perdu 2kg. Malheureusement, le bracelet n’étant pas utilisable sans smartphone et le mien étant un peu fatigué, les lenteurs de synchronisation m’ont un peu découragé et je reprendrai certainement son utilisation dès que j’aurai investi dans un nouveau mobile.

J’ai donc demandé à Jean, mon collègue de bureau et à Charlène, une autre collègue de bureau qui s’est laissée convaincre, de partager avec nous leur retour d’expérience après quelques semaines d’utilisation.

Jean, pourquoi avoir acheté un bracelet Jawbone Up ?
C’est d’abord une question d’opportunité, sur une vente privée. La curiosité m’a poussé à essayer quand j’ai découvert que l’application associée au bracelet intégrait du coaching avec des conseils pour améliorer son hygiène de vie.

Est-ce que le bracelet est pour toi une aide au suivi d’un régime ?
Le régime est un sujet lancinant chez moi depuis des années. Je suis passé par plein de régimes différents qui m’ont souvent fait reprendre plus de poids. Avec ce bracelet, c’est différent. Je ne suis pas un régime, mais c’est une manière de contrôler les calories que j’absorbe et de mesurer mon activité physique au jour le jour. On peut se fixer des objectifs et suivre en pourcentage l’atteinte de ces objectifs. Ca me motive pour bouger et atteindre les 100% des objectifs que je me suis fixé sans avoir pour autant l’impression de devoir fournir un effort particulier dans mon alimentation. Je n’ai pas cette frustration que je peux connaître durant un régime. C’est radicalement différent.

Quels sont les premiers bénéfices que tu constates après quelques semaines d’utilisation ?
J’ai commencé à utiliser ce bracelet il y a un mois et demi. Je pesais 105,7 Kg et j’en suis aujourd’hui à 102 kg, soit moins 3,5 kg. A ce rythme, mon coach intégré m’indique que j’atteindrai mon poids cible de 77 kg dans 55 semaines environ. C’est une perte sur du long terme, donc ça me paraît plus efficace qu’un régime.

jawboneup-frenchjpeg

Charlène, tu n’as manifestement pas besoin de perdre du poids. Pourquoi avoir eu envie d’acheter ce bracelet connecté ?
Mon objectif est plutôt de mieux dormir. Grâce au bilan quotidien, ce bracelet me permet de mieux connaître mes cycles de sommeil et de savoir combien de temps je dors réellement la nuit.

Que t’a apporté l’application au bout d’un mois d’utilisation ?
Grâce au suivi des cycles de sommeil, je me suis rendue compte que je me levais la nuit sans m’en rendre compte ! L’application donne des conseils que j’apprécie et que j’essaie de suivre quand ils m’interpellent. Par exemple, j’essaie d’avoir des horaires de coucher et de lever plus réguliers. Du coup, j’utilise aussi les autres outils sur le suivi de l’alimentation et de l’activité physique. C’est ludique. Compter ses pas, c’est amusant, c’est motivant. Et maintenant, je prends beaucoup plus souvent l’escalier !

app-jawbone-up2-nuit

Vous l’aurez compris, les trois testeurs que nous sommes avons été séduits par le côté ludique et motivant proposé par l’application associée au bracelet, notamment pour être moins sédentaire au cours de nos journées très statiques au bureau. Jean fait d’ailleurs souvent les 100 pas dans son bureau lorsqu’il téléphone !

Il y a aussi une fonction d’alerte d’inactivité que l’on peut programmer pour que le bracelet émette toutes les 15 minutes (temps par défaut que l’on peut modifier) une vibration si l’on ne bouge pas.

Les graphiques, les conseils, les vibrations, le détail de nos temps de sommeil léger et de sommeil profond, le calcul des calories en temps réel… Pour quelques dizaines d’euros (moins de 20 euros en vente privée), le bracelet devient facilement un compagnon de notre quotidien pour améliorer tout doucement son hygiène de vie, sans révolution, sans miracle, mais en prenant tout simplement conscience de ce que nous faisons de notre corps. Et c’est déjà bien.

Prospective VS science-fiction : la formule de Dieu est-il un roman d’anticipation ?

la-formule-de-dieuImaginer le futur, parler prospective, faire marcher son imagination… Au-delà des chasseurs de tendances, futurologues et autres prospectivistes, c’est aussi dans la littérature et plus particulièrement dans les romans de science-fiction, qu’on peut parfois trouver une ébauche de ce que seront nos lendemains.

L’imagination débordante des auteurs, leur côté visionnaire et leur créativité alliés à la poésie des mots donne naissance à un avenir des possibles parmi lesquels il y peut y avoir un réel effet d’anticipation. Qui ne connaît pas les troublantes similitudes entre le roman 1984 de G.Orwell et notre mode de vie actuel ?

Aussi, ma lecture de plage de cet été « La formule de Dieu » de José Rodrigues dos Santos m’a donné à voir loin, très loin, en apportant une réponse à la question existentielle que nous nous sommes tous posé un jour : quel est le sens de notre existence sur terre ? Cette quête sur l’origine de l’univers et la place de l’homme au cœur de cette immensité apporte un éclairage qui se dit fondé sur des thèses et des théories scientifiquement reconnues.

Attention, pour ceux qui veulent découvrir l’ouvrage, ne lisez pas la suite de cet article !

Au-delà de l’épopée de son héros pour décoder un manuscrit rédigé par Einstein, ce roman de science fiction nous confronte à une hypothèse certes romanesque mais qui, pourquoi pas, pourrait flirter un jour avec la réalité : la présence de l’homme sur terre aurait pour vocation de développer une intelligence supérieure, l’intelligence artificielle, qui aura un jour la capacité à connaître, maîtriser et reproduire la matrice de l’univers et lui permettre, à l’issue du big crunch, de renaître de ses cendres… Intéressante théorie n’est-ce pas ? L’intelligence artificielle nous survivrait donc. L’homme, une espèce parmi les autres, participe ainsi à sa mesure à la survie de la planète.

Si l’intelligence artificielle n’en est qu’à ses débuts, cet ouvrage n’est pas le premier à supposer que celle-ci nous dépassera, nous contrôlera et nous survivra. Mais cette fois, ce serait pour la bonne cause. De quoi contrebalancer les inquiétudes qui émergent à l’égard des progrès de l’IA ?  Je vous en laisse juge.

La Formule de Dieu » est, dans tous les cas, une lecture prenante, qu’on ne lâche pas jusqu’à la dernière page.

Mon TREND BOARD inspiré de cette lecture.

Quete spirituelle et rebelle aout 16

Tendance : le commerce augmenté prêt à décoller en France ?

commerce augmenté

61% des Français seraient prêts à essayer des vêtements de façon virtuelle à l’aide d’une silhouette reprenant leur morphologie. C’est ce que révèle une étude de l’institut CSA pour Oney, publiée le 12 juillet 2016 sur les tendances et l’évolution du parcours d’achat des Français dans l’habillement. 

Miroirs intelligents, essayages par hologramme, vendeurs virtuels, bornes connectées en rayons… les expériences proposées par les enseignes se multiplient et les Français semblent enfin prêts à adopter ces nouveaux modes de consommation.

Les magasins connectés vont donc prendre de l’ampleur, et pas seulement dans le secteur de l’habillement. Pour exemple, Sephora a lancé en 2015 « Sephora flash », un magasin connecté en plein cœur de paris. Un concept unifiant panier virtuel et panier réel et permettant surtout à l’enseigne de réduire considérablement sa surface de stockage. Je serais personnellement preneuse d’un bilan à la rentrée, après un an d’expérimentation.

Levier de ces magasins connectés : les « beacons ». Ces mini capteurs à faible rayon d’émission placés en magasin, permettent d’envoyer des informations, promotions et points de fidélité, directement sur le smartphone du client qui se balade dans le magasin. Encore balbutiante, cette technologie devrait se développer rapidement. En proposant une expérience de shopping personnalisée, les beacons sont probablement l’avenir du commerce traditionnel.

En attendant, les français courent après de petites créatures virtuelles. Pokemon Go a immédiatement séduit des milliers de personnes et ce succés est pour beaucoup lié à cette imbrication du réel et du virtuel. La frontière entre ces deux mondes serait-elle déjà en train de disparaître ?

Sources :

Les Français sont prêts pour l’ère du Commerce Augmenté [Infographie]

Sephora flash : un magasin connecté

Infographie parcours client

Beacon : une technologie mobile au secours des ventes en magasin

 

Respirez, on change d’ère…

Une ère de transition1Cette TwittReview reprend quelques liens vers des articles twittés sur mon compte @nigdelian au cours des dernières semaines.

C’est la fin d’une ère. Une page qui se tourne. Le dernier magnétoscope doit être fabriqué au Japon d’ici la fin de l’été. Né dans les années 60, il est concurrencé depuis les années 2000 par les premiers enregistreurs numériques qui auront donc mis plus de 15 ans pour avoir définitivement sa peau. Les nostalgiques se battent déjà pour acheter les derniers exemplaires… comme vous pourrez le découvrir ici : http://abcn.ws/2apNRTF pic.twitter.com/cgLt3VXErD

La fin d’une ère, c’est aussi le début d’une autre… La blockchain est la révolution dont tout le monde parle. Cette « Sorte de livre comptable numérique géant pourrait bientôt permettre des transactions en ligne, sans intermédiaire et sans risque ». Décryptage de cette innovation en marche sur le Parisien magazine : http://buff.ly/29Ofoum

A quoi ressemblera le monde de demain ? Quand on sait que « Demain s’écrit déjà aujourd’hui » il suffit de jeter un coup d’œil aux 10 tendances tech soulignées par Meta média pour se forger une idée du monde dans lequel nos enfants vont grandir : l’Internet des objets, la notion d’éthique liée au stockage des données, l’émergence de l’employee experience, l’atomisation des applications, la démocratisation du luxe versus l’émergence de nouveaux pré-carrés, l’engagement des pouvoirs publics dans le numérique, l’auto-suivi de santé, l’avènement de la réalité virtuelle, la prolifération d’outils d’aide à la décision, de l’innovation et du design dans les organigrammes… Toutes ces technologies vont bouleverser notre société.: http://linkis.com/meta-media.fr/2016/0/Q1Bd3

A bientôt pour une prochaine TwittReview !